Publication vedette : Janvier 2017

Jean-François Bolduc, Michel Ouellet, Laurent Hany, Michel J. Tremblay; Toll-Like Receptor 2 Ligation Enhances HIV-1 Replication in Activated CCR6+ CD4+ T Cells by Increasing Virus Entry and Establishing a More Permissive Environment to Infection. Journal of virology (2017) 91(4) : e01402-16

Dans cette étude, les auteurs ont investigué l’effet de la liaison du récepteur de type Toll 2 (TLR2) dans la permissivité des cellules T CD4+ activées à l’infection au VIH-1 en concentrant leurs expériences sur la susceptibilité relative des sous-populations de cellules T CD4 exprimant ou non CCR6. Des cellules T CD4+ primaires humaines ont été costimulées à l’aide d’anticorps dirigés contre CD3 et CD28 avant d’être exposées à Pam3CSK4, un agoniste du TLR2. Finalement, les cellules ont été exposées à des particules virales de VIH de tropisme R5 modifiées leur permettant d’étudier l’effet de l’engagement de TLR2 sur la production de virus à la fois au niveau de la population et au niveau de chaque cellule. Ils rapportent ainsi que la réplication du VIH-1 est augmentée dans les cellules T CD4+ CCR6+ activées via CD3/CD28 suite à l’engagement du TLR2. Des données additionnelles montrent que l’entrée virale et la polymérisation de l’actine corticale sont augmentées spécifiquement dans ces cellules.
Une augmentation de la phosphorylation de la sous-unité p65 de NF-kB médiée par la liaison du TLR2 a aussi pu être détectée spécifiquement dans les cellules T CD4+ CCR6+. Les auteurs proposent donc que, lors d’une présentation antigénique, l’engagement de TLR2 agit spécifiquement sur les cellules T CD4+ CCR6+ en promouvant l’entrée virale dans un environnement intracellulaire plus favorable à l’infection productive par le VIH-1.

IMPORTANCE:
Suite à la primo-infection, le VIH-1 induit des changements structurels et immunologiques dans la muqueuse intestinale qui mènent à la translocation microbienne et la fuite de composés microbiens dans le sang. Ces composés incluent plusieurs agonistes des récepteurs de type Toll qui peuvent affecter les cellules T CD4+, dont celles exprimant le récepteur de chimiokine CCR6, qui sont hautement permissives à l’infection au VIH-1. Les auteurs démontrent que la liaison du TLR2 sur des cellules T CD4+ CCR6+ costimulées via CD3 et CD28 mène à une production de virus accrue. Les résultats soulèvent l’impact potentiel de la translocation microbienne sur la permissivité des cellules T CD4+ CCR6+ à l’infection au VIH-1.

Lisez l’article complet ici.

Recherche suventionnée par les IRSC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *